Menu déroulant

Climat, le temps d'agir

Préface

De Laurence Tubiana
Ambassadrice chargée des négociations sur le changement climatique,
représentante spéciale pour la conférence Paris Climat 2015 (COP21)
 

Climat, le temps d’agir est un bon outil pour aider toutes celles et tous ceux qui souhaitent comprendre l’urgence du changement climatique et la nécessité d’agir concrètement, à tous les niveaux : international, national, régional, mais aussi individuel.

Il est essentiel que tous les habitants du pays organisateur de la 21e Conférence des parties (COP21) en décembre 2015, puissent s’approprier et comprendre les conclusions des scientifiques internationaux tirées du dernier rapport du Giec (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat). Sous l’influence des rejets massifs de dioxyde de carbone dans l’atmosphère depuis les débuts de l’ère industrielle, le climat de l’ensemble de la planète change, et il continuera de changer si rien n’est fait.

Il n’y a aucune raison de douter de l’impact de l’activité humaine sur le changement climatique malgré les lubies des climato-sceptiques. Bien sûr, les évolutions et leurs retentissements sont de natures très diverses et dépendent des régions et des pays ; mais nos ressources naturelles et nos modes de vie seront forcément affectées. Ce livre donne de nombreux exemples concrets sur les changements qui pourraient avoir des conséquences sur les océans, la biodiversité marine et terrestre, la montée du niveau des mers, les ressources en eau, l’agriculture, la santé, et qui pourraient générer des événements climatiques extrêmes (inondations, tempêtes, épisodes de sécheresse).

Enfin, penser la transformation du monde et défendre le climat doit relever de la société tout entière. Ainsi, le livre se termine par un court chapitre sur l’évolution des perceptions des citoyens concernant le changement climatique. À sa lecture, il est aisé de se rendre compte que le travail de sensibilisation est encore balbutiant sur le plan mondial, et que le travail d’information doit se poursuivre à tous les niveaux.

C’est le choix de notre futur modèle de développement qui se joue. Il faut prendre ce tournant et aller vers des économies sobres en carbone, en réduisant fortement l’utilisation de ressources fossiles, dans les transports, les bâtiments, les industries… ; en réduisant tout court l’usage de l’énergie, en étant plus efficaces et en neutralisant, quand c’est possible, les émissions dans de nombreux domaines. Cette évolution des modèles de développement doit être adaptée à chaque pays développé ou en développement, en fonction des choix nationaux ; mais la réorientation est inévitable si on veut limiter les effets du changement climatique.

Un accord international en décembre 2015 à Paris doit donner un signal clair à tous les acteurs : en instituant des règles pour tous les pays, afin d’engager une réduction très importante des émissions globales dans ce siècle, il doit faire converger les anticipations de tous et tracer des règles du jeu claires.

Pour contenir le réchauffement global en deçà de 2°C., 195 pays doivent se mettre d’accord et s'engager pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre. La fenêtre de tir est très étroite, mais l’optimisme reste de mise. En France, de nombreuses initiatives voient le jour : certaines régions, comme l’Aquitaine, ont entamé une réflexion pour atténuer leurs émissions et s’adapter aux changements futurs. Les collectivités territoriales jouent un rôle central dans la construction de territoires durables. De même, beaucoup d’entreprises sont désormais convaincues que l’économie sobre en carbone représente l’avenir et que les ressources fossiles constituent un investissement risqué. Je m’en réjouis.

Vous trouverez dans ce livre, écrit par des spécialistes reconnus dans un langage accessible à tous, un large champ de réflexions à partager… et à mettre en œuvre pour agir.