Menu déroulant

FAQ - Énergie des Mers

[Sommaire] - [Précédent] - [ Suivant]

Quelle proportion de l’énergie produite par une usine ETM est utilisée pour le pompage des eaux de mer chaude et froide destinées respectivement à l’alimentation de l’évaporateur et du condenseur ?

Michel Gauthier - septembre 2005

 

Dès l’énoncé de son principe par d’Arsonval en 1881 les détracteurs du procédé ETM prédisaient qu’il faudrait dépenser plus d’énergie pour faire fonctionner les usines qu’elles ne pourraient en produire. Le résultat des travaux de G. Claude dans les années 1930 démontrèrent qu’il n’en était rien et que le bilan énergétique du procédé était positif. 
À titre indicatif, la puissance brute aux bornes de l’alternateur de la centrale de 5 MW net électrique étudiée par ERGOCEAN pour Tahiti était estimée à 6,6 MW (nota). Ceci correspond à une puissance « parasite » totale de 1,6 MW ( 24 %) dont 0,85 MW ( 13%) pour le pompage de l’eau froide et 0,55 MW (8% ) pour le pompage de l’eau de surface.

Un projet japonais donne une puissance nette voisine de 80 MW nette pour une puissance brute de 100 MW électrique. ( Avery 1994- page 328). 


Nota : Dossier de fin d’étude Avant projet de Tahiti – Page 16/23 Tome 3 ; document IFREMER/ERGOCEAN,1986.